Accueil du site
ACCUEIL / le site / historique / Le domaine, propriété des Perier au XIXè siècle
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

le site

Le domaine, propriété des Perier au XIXè siècle

Vizille : Berceau de la Révolution française

La réunion, le 21 juillet 1788, de l'Assemblée des trois ordres du Dauphiné, sur l'invitation de Claude Perier, scella le destin du château de Vizille. Cette manifestation politique déterminante dans l'amorce des événements de 1789 est à l'origine de la création d'un musée dédié à la Révolution française.

La famille Perier, propriétaire du Domaine de Vizille
Les Villeroy  vendent l'ensemble de leur possession à la famille Perier en 1780.
Claude Perier, installe une fabrique de papiers peints dans le château. Reconvertie par la suite en manufacture d'indienne (impression sur cotonnade).
L'entreprise connait un développement fulgurant qui décide les Perier à étendre la manufacture à l'ensemble du domaine.
Les plus grandes salles du château de Vizille sont utilisées comme ateliers. Les jardins deviennent des étendages destinés au séchage des tissus produits dans la manufacture.

 L'Histoire va sceller le destin du château de Vizille : de la Journée des Tuiles à l'Assemblée des Trois Ordres

- La Journée des Tuiles
En 1788, après une tentative de coup d'Etat, Louis XVI tente d'imposer l'enregistrement manu militari d'un édit réduisant les prérogatives et attributions politiques des Parlements locaux afin de restaurer une monarchie omnipotente. Les dauphinois, qui tiennent en grande estime leur Parlement, voient en celui-ci un protecteur contre toute exaction royale et un défenseur des vieux privilèges de la province.
Ils s'insurgent contre l'exil de leur Parlement à Grenoble le 7 juin 1788 en décochant tuiles et pierres sur la garde royale. Cette révolte couramment appelée « journée des tuiles » amène l'assemblée du Conseil Général de Grenoble à réclamer la réunion des Etats Généraux du Royaume, en préalable à la convocation des Etats provinciaux. Pour cela il est rapidement décidé d'organiser l'Assemblée des Trois Ordres du Dauphiné.
Claude Perier gagné par les idées libérales acquises lors de ses voyages en Angleterre invite dans la salle du Jeu de Paume du Château de Vizille cette assemblée interdite de réunion à Grenoble. Pour Claude Perier, la réunion des Trois Ordres du Dauphiné à Vizille représente une opportunité à saisir pour faire son entrée sur la scène politique.

- L'Assemblée des Trois Ordres au Château de Vizille
C'est au château de Vizille que l'Assemblée des Trois Ordres du dauphiné se tient le 21 juillet 1788. La réunion de cette assemblée constitue un des événements fondateurs de la Révolution française, plaçant ainsi le Domaine de Vizille au cœur de l'histoire de France.
Composée de 187 membres du Tiers-état, 49 membres du clergé et 159 membres de la noblesse, soit au total 395 délégués, cette assemblée réunie, permettra au château et à la famille Perier de traverser sans dommage la période tumultueuse de la Révolution française.
Lors du décès de Claude Perier en 1801, le domaine et la manufacture furent légués à son fils, Augustin-Charles Perier, négociant et banquier, député de l'Isère en 1827. En 1810, il ajouta à l'industrie une entreprise de tissage puis, en 1819, une filature installée dans un nouveau bâtiment.

Le Château de Vizille détruit par deux incendies

- Les incendies de 1825 et 1865
En 1825, un incendie se déclare dans une salle d'impression du château, près de l'étendage. Favorisé par l'accumulation des toiles, des gravures de la fabrique et du bois de chauffage, le feu embrase la charpente du XVIIème siècle.
La majeure partie des aménagements, des ornements ainsi que le mobilier mit en place par Lesdiguières et ses successeurs disparurent dans les flammes. Augustin Perier entreprit alors de reconstruire le château et de recréer des appartements tout en cherchant à redonner à l'ensemble un aspect proche du château d'origine du Connétable.

En 1827 il décide du creusement d'un tunnel sous le rocher de Vizille permettant ainsi de relier le bourg de Vizille à la route de Vaulnaveys, passage qui s'effectuait auparavant par la rampe du château qui devînt alors sans-issue. Il semble que ce tunnel ne sera en service qu'à partir de 1836.

Après le décès d'Augustin Perier en 1833, le domaine et les industries sont légués à l'un de ses fils, Adolphe-Joseph-Scipion Perier, industriel, conseiller de la Cour des Comptes, époux de la petite fille de Lafayette. C'est ce membre de la famille Perier qui sera à l'origine du remaniement des anciens jardins réguliers, ou du moins ce qu'il en subsistait, en parc Romantique.
Il créa également une fabrique d'impression sur étoffe en remplacement de la manufacture de toiles peintes, introduite par Claude Perier, son grand-père. Cette fabrique fut installée dans les nouveaux bâtiments construits à droite de l'entrée du parc.

En 1839, Adolphe Perier abandonne la gestion de l'entreprise et la démembre, louant séparément la filature et les ateliers d'impression. La même année, le château et son portail sont portés sur la liste des monuments historiques. D'importants travaux de restauration sont entrepris à partir de cette date jusqu'à la vente du domaine à Jean Imbert ; ils concernent l'escalier monumental, la toiture, la cour d'honneur et son escalier, les façades, le portail de la cour du Connétable, etc.

Alors que les restaurations du château ne sont pas encore achevées, celui-ci est de nouveau frappé par un incendie dans sa partie Est, le 17 février 1865. L'aile du Jeu de Paume, et la grande galerie (située au-dessus de l'orangerie) sont gravement atteintes par les flammes. Les autres parties du château sortent presque indemnes de cette nouvelle catastrophe.
Au lendemain du sinistre, Casimir-Perier envisagea de faire reconstruire totalement les bâtiments détruits par les flammes. Il n'en sera rien. Les travaux reprennent au château tant pour effacer les dégâts occasionnés par l'incendie que pour terminer les travaux déjà entrepris. La salle du Jeu de Paume et la grande galerie, derniers témoins de l'assemblée de Vizille, seront définitivement démolis à l'occasion de ces travaux qui s'achevèrent en 1866. Le bâtiment de l'orangerie, constituant la base de l'aile de la grande galerie sera conservé et conforté. Adossé au verrou rocheux, l'extrados des voûtes de ce bâtiment arrive approximativement au niveau de la cour d'honneur. La destruction de la grande galerie devient donc prétexte à la construction d'une terrasse sur l'orangerie. La cour d'honneur se voit donc agrandie par ce nouvel aménagement qui constitue un belvédère sur le parc, dans cette cour autrefois aveugle.

Après le décès d'Adolphe Perier en 1862, le domaine est mis en adjudication. Le domaine est alors acquis par une autre branche de la famille Perier. Henry-Frédéric Fontenillat, beau-père d'Auguste Casimir-Perier, devint propriétaire du Domaine de Vizille. Important personnage, H.F. Fontenillat poursuivra l'œuvre de restauration du château entrepris à partir de 1862. Il prit notamment en charge la restauration de l'escalier monumental qui était alors en fort piteux état. La restauration de cet escalier sera confiée à l'entrepreneur Pierre Pras.
Après le décès de H.F. Fontenillat en 1864, sa fille Camille et son gendre Auguste Casimir-Perier, perpétuent les restaurations et l'entretien du château.
Lors du décès de A. Casimir-Perier, sa veuve Camille Fontenillat, reste seule maîtresse du domaine, et ne semble pas avoir d'action particulière en faveur du château et du parc. En 1895 elle finit par vendre le domaine à l'industriel, Jean Imbert.

Partager cette page  

Le Domaine de Vizille
Musée de la Révolution française
est un service du Département
de l'Isère.

Le musée appartient au réseau
des dix musées départementaux.

Place du Château
BP 1753 - 38220 Vizille

téléphone : 04 76 68 07 35
télécopie : 04 76 68 08 53
courriel : musee-revolution@isere.fr

 

Accueil | |

en un clic